Imprimer

Projet Énergie Citoyenne Développement, HEC Alter management

Enercoop est une coopérative créée en 2004 sous la forme d’une SCIC dans un contexte de libéralisation des marchés de l’énergie.
Ses buts sont de « promouvoir l’énergie renouvelable (EnR), la maîtrise de la consommation d’électricité, une production locale, et ,grâce à sa structure juridique, d’offrir à chaque citoyen la possibilité de s’approprier l’accès à l’énergie ».
Enercoop a donc parmi ses vocations premières de produire de l’EnR, une activité qu’elle ne fait cependant pas pour l’instant. En effet, la coopérative s’est lancée en 2004 uniquement dans la fourniture d’électricité 100% renouvelable. Bien qu’il n’y ait pas de traçabilité de l’énergie, les clients d’Enercoop payent pour une énergie 100% renouvelable qui viendra alimenter le réseau national d’électricité. En outre, ils soutiennent ainsi une organisation dont l’objectif n’est pas de satisfaire des actionnaires mais de réinvestir les profits de l’entreprise dans des investissements d’EnR. Par ailleurs, Enercoop permet à ses clients d’être sociétaire de la coopérative dont la gouvernance est démocratique (une voix par personne au sein de chaque collège d’électeurs : salariés, producteurs, consommateurs, etc.). Cette démarche vise ainsi à impliquer les citoyens dans la transition énergétique mais aussi à permettre aux citoyens de se réapproprier la production d’énergie. Il s’agit, pour ainsi dire, de promouvoir une démocratie citoyenne participative de l’énergie.
Toutefois, tant qu’Enercoop ne produit pas d’EnR, et que l’Etat continue de subventionner les activités de production d’EnR via le système d’obligations d’achat, sa démarche perd du sens. En effet, si on imagine qu’Enercoop n’existait pas, l’EnR produite par ses producteurs serait achetée par EDF ou d’autres fournisseurs et alimenterait tout autant le réseau en électricité verte. Dans cette perspective, elle doit donc nécessairement produire de l’EnR, que ce soit directement ou en tant que donneur d’ordre.
Un deuxième enjeu pour Enercoop réside dans la maîtrise de sa production et un contrôle de ses coûts d’achat d’électricité. Si Enercoop veut continuer de croître elle doit impérativement assurer son approvisionnement, et un des moyens pour cela consiste à produire soi-même.
En ce qui concerne les producteurs d’énergie propre, dont l’électricité est vendu par l’intermédiaire d’Enercoop, l’offre de la coopérative, outre ses avantages intrinsèques, est compétitive pour les installations ne bénéficiant plus des obligations d’achat. Pour un producteur d’électricité hydraulique par exemple, il n’est possible de renouveler son contrat d’obligation d’achat que s’il a effectué une rénovation de ses installations. Enercoop est donc compétitive économiquement, une fois que les subventions étatiques n’opèrent plus.
Enercoop refusant de bénéficier des subventions étatiques via l’obligation d’achat, les projets, dont la production à terme est généralement destinée à l’obligation d’achat, ne sont pas rentables pour la coopérative. De plus, ces contrats s’accompagnent de critères de sélection faisant que certains projets viables mais non conformes à l’obligation d’achat ne voient jamais le jour. Dès lors, il n’y a plus que des projets qui demeurent rentables que s’ils ont accès aux subventions. En d’autres termes, l’activité de production regroupe plusieurs sous activités dont la première est le développement, qui donne lieu à un marché des permis de construire de projets. Or sur ce marché, les prix des permis sont établis par les acteurs en fonction des tarifs d’achat d’EDF dans le cadre des subventions aux EnR ; ce qui signifie qu’ils ne sont pas rentables pour Enercoop, étant donnés leurs prix, et qu’elle accumulerait des pertes en achetant tout de même ces permis. Dès lors, Enercoop ne peut pas avoir accès à des permis de construire et donc à maîtriser la production d’EnR.
Par ailleurs, la coopérative a pour ambition de procéder à un développement local et d’impliquer les citoyens d’une collectivité territoriale par exemple, dans le développement de centrale d’électricité propre et de les inciter à l’auto-consommation.
Pour toutes ces raisons économiques et démocratiques, Enercoop a décidé de se doter de sa propre structure de développement de projet, Energie Citoyenne Développement.
En résumé, Enercoop a besoin de produire pour devenir un véritable support actif à l’EnR, crédibilisant ainsi sa démarche, et pour maîtriser ses coûts d’approvisionnement. Les rapports de force économique entre Enercoop et ses concurrents sur l’aspect approvisionnement sont les suivants : la coopérative est compétitive auprès des producteurs n’ayant plus accès aux obligations d’achat et auprès des producteurs militants. Du coté consommateur, elle a pu toucher une niche de consommateurs militants acceptant de payer un modeste premium pour leur électricité. Mais cette situation ne devrait être que temporaire si le prix de l’électricité vendu par ses concurrents augmente chaque année (scénario attendu par Enercoop). En ce qui concerne la production, les rapport de force économique sont en défaveur d’Enercoop, qui n’est pas compétitif à l’achat de permis, non rentable si la coopérative décidait de s’aligner sur les prix qu’offre ses concurrents. Par conséquent, pour pouvoir s’introduire sur le segment de la production, Enercoop doit trouver ou créer un positionnement stratégique qui lui sera favorable.
Pour répondre à ce problème, notre démarche se divise en deux parties. Tout d’abord, effectuer une analyse du segment de marché correspondant à l’activité de développement de projet de centrale d’EnR et de ses principaux acteurs et essayer d’en dégager des opportunités. Ensuite nous tenterons de proposer un modèle économique viable.

Charte du projet :

L’objectif de ce projet vise à permettre à Enercoop de choisir la meilleure option possible pour réaliser du développement de projets et, si possible, de l’accompagner dans la mise en œuvre de son choix.

Les livrables seront :

- Une étude de marché : fonctionnement, identification des acteurs du marché, (technologies, parts de marché, grande tendances : volume et prix, périmètre des activités des acteurs, coûts, etc.)
- Validation de la structure Energie Citoyenne Développement, et proposition de positionnement (technologie, offre de la structure, débouchés, partenariats, ressources financières : BM, BP, grille de sélection des projets).
- Proposition d’une gouvernance.
Le périmètre du projet correspond au développement d’EnR (première phase avant la construction). Les questions de construction, de commercialisation et de gestion des actifs, et d’exploitation et de maintenance sont hors du périmètre.
Le résultat du projet dépendra des actions entreprises et réalisées à l’issue de la première phase.



Collaborateur(s) de cette page: Luis_Cuenca .
Page modifiée dernièrement le Jeudi 03 de Octobre, 2013 14:31:14 CEST par Luis_Cuenca.

La Majeure Alternative Management a la tristesse d'annoncer le décès de Monsieur François Rousseau, Président des Conseils scientifiques de l'Observatoire national de l'ESS et de l'Observatoire régional de la CRESS PACA, chef d'entreprise, chercheur en sciences de gestion. François Rousseau a enseigné plusieurs années le cours d'Economie Sociale et Solidaire dans la majeure. Nous souhaitons lui rendre hommage et exprimer notre solidarité vis à vis de ses proches.
  En lire plus
Le 10 décembre 2008, la majeure s'est vue décerner le prix de l'Innovation Pédagogique de la Fondation HEC. Il s'agissait de la première édition de ce prix créé en 2008.
  En lire plus
Le 14 décembre 2007, la Majeure Alternative Management a obtenu la Mention Spéciale du Prix de l’Innovation Pédagogique décerné par le magazine l’Etudiant
  En lire plus
RSS Wiki rss Articles